Site non officiel de Ternant (21220)

Site non officiel de Ternant (21220)
Un peu d'histoire sur TERNANT


 
 
 
 
 
 
 
Quelques informations générales

Ce village situé dans l'arrière côte viticole dénombre 113 habitants au dernier recensement de 2012 (code INSEE 21625). Habitants composés de français travaillant pour la plupart sur l'agglomération dijonnaise, et d'étrangers : anglais, hollandais.

Il se situe à 12 kilomètres de Gevrey-Chambertin (au nord) et à 12 kilomètres de Nuits St Georges (au sud).

Il n'y a plus de vignes mais de la culture céréalière et un peu d'élevage ovin..


Avant la Révolution, il existait onze chapelles.

Ils existe 3 dolmens dont l'origine reste floue.

Le château reconstruit au 17ème possède 2 corps de bâtiment 16ème (cheminée monumentale), escalier, galerie de bois reliant les bâtiments, oratoire.

L'église est du 11ème : Vierge à l'Enfant 15ème, statue 17ème (sainte Madeleine), bâtons de procession 17ème.

Il y a les ruines d'une petite chapelle rurale avec un bas-relief (légende de saint Hubert) en montant sur la route de la ferme de Rolle.

Ruines d'une chapelle, près du château.


Quelques informations historiques

Ternant a pour racine le nom celtique Ternantum (de "nan" qui signifie fontaine, ruisseau). En 1450 le village s'appelait Ternant-lez-Vergy.
Différents métiers de 1663 à 1790 :
  • Maçon : Arbinet B
  • Laboureur : Guiot D, Laurant JB
  • Manouvrier : Beuchet S
  • Couvreur : Thoridenet J
Il y avait aussi : 1 fermier, 9 laboureurs, 18 artisants, 11 bucherons, 4 voituriers, 2 chaufourniers, 4 manouvriers, 2 pâtres, 14 mendiants.

Le château de Ternant fut reconstruit en 1640 sur les vieilles ruines. Le principal propriétaire et seigneur de la terre de Ternant du XIe au XVIIIe fut le Chapitre de Vergy puis celui de Nuits qui vendit en 1675 à Louis de Pelissier. C'est lui qui est le constructeur de la maison basse seigneuriale bâtie sur les fondations d'une demeure de 1560. Les Pelissier cèdent le fief en 1740 à Amé François Chavansot Berbis.
En 1773 le propriétaire était André-Charles Dubard, conseiller à la Cour des Comptes. Le château fut ensuite vendu comme bien national à la famille Lagneau.
Des remaniements ont été effectués au XVIIIe siècle.